Jazzistiques…

• Hazrat Inayat Khan dans ‘ GAYAN, Notes de la musique silencieuse ‘ 1923

« Ce que la science ne peut pas expliquer, l’art peut le suggérer ; ce que l’art suggère silencieusement, la poésie le dit à haute voix ; mais c’est la musique qui exprime ce que la poésie ne peut expliquer avec des mots. »

_________________________

 Christian Béthune à propos du champ jazzistique :

« Dans le devenir jazz, il n’y a pas d’histoire du jazz, pas de passé, pas de futur, pas de présent, pas de régression, ni de progrès ».

(Séminaire de Jazz de l’Université de Columbia : Jazz And Paris – 6 octobre 2012).

Zara McFarlane se cherche donc un passé, celui de Junior Murvin… (« Police And Thieves » produit par Lee Scratch Perry) :

________________________

 « […] Les messages d’un candide qui, faute d’avoir les yeux en face des trous, voit trouble, voit du trouble partout, et, le cœur ému en permanence, n’a plus que des prodiges à contempler ». Alain Gerber

_______________________

• « Le jazz s’est coupé du contexte social qui était le sien au départ : cette musique est née et reflétait l’expérience d’une communauté. Quand vous enlevez cette dimension, que reste-t-il? Un style ». Le trompettiste Nicholas Payton dans JazzNews (août/septembre 2012).

________________________

 « La musique de chez nous c’est autre chose. D’ailleurs ça fait longtemps qu’on a éliminé les trompettes et autres saxophones. A la rigueur il n’y a que Manu Dibango qui a survécu avec ces instruments. Nous sommes à l’heure du rythme endiablé. Quelques paroles, une ou deux minutes maximum, puis plus de vingt minutes de danse, de « chauffé ». On transpire quand on danse, on serre bien la cavalière, on la pousse à la faute jusqu’à ce qu’elle rapproche sa poitrine et sa bouche. Et là, paf, on passe à l’action directe. Ce n’est pas avec Miles Davis qu’on pourrait réussir un tel exploit ». 
Extrait de « Black Bazar » d’Alain Mabanckou (2009, Seuil).

_________________________

« C’est une toile vierge, substance exempte d’accidents. Le son hypnotise toutefois. Mais oubliez les oreilles. Tentez l’exercice. Grâce à l’attention du coeur, plus grisante encore sera la mélodie… » K.T.

__________________________

« On s’évertue à être repu de bains chauds sur Gnossiennes tandis qu’une douce aspiration se fait une place au fond du coeur. C’est attendre la solitude de la chambre d’antan avec le monstre d’ivoire blanc tout ébranlé par ses cordes, tout embrouillé par ses clés. Et le marchand de sable de soupirer : ‘Bien jolies sont ces préciosités de l’esprit qui avec le temps et un brin de réalisme attrapent la jaunisse' ». K. T.


Une réflexion sur “Jazzistiques…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s