African Jazz Quartet : l’afro-jazz en mouvement au Bab-Ilo

« A l’instar des quartets de Coltrane, sans la même prétention toutefois, chaque protagoniste a la même importance, la même place au sein de l’ensemble. Car l’art de l’improvisation se situe dans l’écoute attentive de l’autre ». – José Pendje

Soubresauts du cœur, chaleureux frissons , rythmes et voix qui transpercent, traversent les corps. Le Bab-Ilo récidive. Les mélomanes de passage ne ressortiront pas indemnes de ce lieu faussement pudique, faussement discret, dans lequel l’African Jazz Quartet va s’atteler à « révéler le Jazz à ses racines africaines ».

La chanteuse américaine Gwen Sampé, le pianiste franco-congolais José Pendjé, le fameux batteur Jean-Claude Montredon  et le bassiste Jérôme Barde invitent pour une petite révolution jazz, comme on les aime. 

« Ce concert sera comme une cérémonie. Nous chercherons à restituer une dimension sacrée à la musique. Il s’agira de convivialité, mais aussi de recueillement, d’incantations voire de transe », décrit le pianiste José Pendje qui invite ainsi le public à  « entrer dans la danse de rituel » de l’African Jazz Quartet.

José Pendje a construit ce projet à l’écoute de la musique africaine dont il a été bercé, de l’ambiance musicale de Kinshasa empreinte de la rumba zaïroise, du zouk de Kassav’ ou encore du funk de James Brown. « En Afrique, la musique est présente pour les grandes comme les petites occasions », rappelle-t-il.

Ce concert sera accompagné d’une exposition du photographe américain JB Russel intitulée : « Le Sahel : entre eau et soudure ».  « L’idée est d’établir une connexion entre l’image et la musique », souligne le pianiste.

L’African Jazz Quartet promet une communion avec le public, un concert à la voix métissée : des standards du répertoire africain aux improvisations expérimentales pleines de mystère.

Mention spéciale pour  la chanteuse et compositrice Gwen Sampé dont je vous invite à écouter le premier album, « Water Gazing » (2002). Une voix profonde, à la fois puissante et duveteuse, qui vous enveloppe d’une aura pleine de grâce et d’authenticité. Son corps même, avec lequel elle joue, est tout un instrument. Un instrument à vent qui ne laisse passer aucune fausse note.


2 réflexions sur “African Jazz Quartet : l’afro-jazz en mouvement au Bab-Ilo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s