« Sonny Troupé Quartet » : « Voyages et rêves » avec Diab’la

« Balancé a péyi la, vi é chalè ka poté nou »

joseph-zobel-diab-la-livre-957075026_ML

 

Dans la préface du « Diab’la » du romancier et poète Martiniquais Joseph Zobel  (1945), l’écrivain Sarthois Georges Pillement écrivait  : « Les écrivains Martiniquais  ont décidément droit de cité dans la littérature française, ils s’imposent à nous  autant par leurs qualités de terroir, par leur particularisme , que par leurs accents  profondément humains, par l’esprit généreux et social qui les anime. […] »

 » […] Nous avions, dans la littérature française, des écrivains régionaux, qui nous  décrivaient les mœurs et les coutumes de leurs provinces ; chacune a son rayon  spécial, que ce soit la Bretagne ou la Provence, l’Auvergne ou la Normandie, qui  compte des œuvres de tout premier ordre considérées comme des chefs-d’oeuvre  de notre littérature, et d’autres qui, sans prétendre à un tel rang , n’en occupent pas  moins une place enviable parmi les œuvres de terroir.

Il nous faudra compter, dorénavant, avec la littérature de ces Français d’adoption  des diverses provinces de l’Empire. […] »

Joseph Zobel écrit lui-même : « Sans doute, dit l’un, on avait soumis les nègres à cet état afin de les civiliser, n’est ce pas? … Mais je crois qu’à force de fabriquer des fortunes pour ceux qui s’étaient chargés de leur destin, ils sont civilisés maintenant… »

« Diab’la » raconte une histoire dans laquelle des « nègres » décident de prendre en main leur destin, retrouver la place qui leur est due, faisant fi de la main civilisatrice. A peine arrivé sur le rocher du Diamant (Martinique), voilà que Diab’là, l’étranger aux airs de quimboiseur, pourtant « aimé comme un bon diable de légende », pousse les pêcheurs de la bicoque des « Sept péchés », portés sur le rhum et le vin, animés par le parfum d’une tambouille du nom de trempage à la morue, à travailler la terre. « Le quartier passe l’invite à l’autre quartier, et le jour voulu, tous ils viennent avec des houes, des coutelas, pioches et bêches. On n’a qu’à préparer le chaudron de légumes, le barillet de rhum et le tam-tam. Surtout un tam-tampour pousser à l’assaut de la terre comme des buffles. Et ça fait couler la sueur avec plus de joie, un bon tam-tam bien tapé là ».

 

Une histoire dans laquelle on plonge dans un monde d’aspirations, dans lequel on vogue sur la mer capricieuse sous un ciel parfois « en jus de corossol », dans lequel on plonge les doigts dans la terre dure comme les affres de l’existence. mais aussi un monde de voyages et de rêves et de voyages intérieurs comme ceux du percussionniste et batteur Sonny Troupé, égrainés sur cet album poétique que je vous conseille vivement. Fusion entre jazz et gwo-ka encerclée par une multitudes d’influences qui marque, de la Martinique à la Guadeloupe, un nouveau tournant, dans l’histoire du jazz caribéen.

 

 

A lire sur le site de Sonny Troupé : 

« Le tambour ka, la percussion traditionnelle de la Guadeloupe, est au cœur de la musique de Sonny Troupé. Un héritage que le batteur et percussionniste perpétue et confronte au jazz. Il ajoute à sa palette d’influences une diversité musicale issue d’autres styles tels que la soul, l’électro, la jungle ou le métal.

Tous ces genres qu’affectionne particulièrement Sonny Troupé se retrouvent mêlés d’une manière ou d’une autre au sein de sa musique : Une musique ou le gwo ka – musique traditionnelle de la Guadeloupe – occupe la place centrale ; base sur laquelle se construit et s’articule l’ensemble. 

groupe1

Une synthèse musicale résultat de toutes ses années d’expérience aux cotés de nombreux musiciens et groupes tels Kenny Garrett, Christian Laviso, Reggie Washington, David Murray, Jacques Schwarz Bart, Manu Codjia, Alain Jean Marie, Tanya Saint Val, Jacob Desvarieux, Big Band Ka,Kimbòl, Acouphen, Stephane Mausmond…

Sur cet album, il s’entoure de trois autres spécialistes des fusions entre jazz et gwo-ka: Gregory Privat (Piano), Mike Armoogum (Basse, voix) et Olivier Juste en alternance avec Arnaud Dolmen (Tambour ka, voix). »

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s