Fran Jeffries : « Sex and the single girl »

– Fran Jeffries et Tony Curtis dans le film « Sex And The Single Girl » 

« Sex and the single girl »… Un morceau qui a de quoi faire rougir tout comme notre bon vieux R’n’B lascif et sulfureux genre « Let’s talk about sex baby ! ». Bon, n’exagérons rien tout de même. Notre « single girl » est plutôt timide et réservée, sujette au rougissement au moindre écart verbal et jure ne pas parler de sexe avec la gent masculine. Les paroles sont plutôt subtiles mais le phrasé, exquis et sexy, fait exploser les sous-entendus. Ce petit billet pour parler de Fran Jeffries, mannequin, actrice et chanteuse, qui mis à part sa plastique de rêve, avait ce qu’on appelle une voix.

fran1

C’est que Betty Carter n’est pas la seule à interpréter le standard « Spring Can Really Hang You Up The Most » avec magnificence. Mais n’allons pas comparer deux chanteuses aux timbres de voix et parcours foncièrement différents. Si Betty Carter a le jazz dans la peau, Fran Jeffries a multiplié les styles, de la pop au jazz cool. Au début de sa carrière, elle écume les bars où elle se produit en tant que chanteuse.

 

« La Panthère Rose » (1963) – dont on doit la musique à Henri Mancini – , « Sex And The Single Girl » (1964) ou encore « A Talent For Loving » (1969) font parti des quelques films dans lesquels elle est apparue aux côtés de stars du cinéma comme Peter Sellers, Claudia Cadirnale, Robert Wagner, Natalie Wood, Henri Fonda, Charlton Heston, Richard Widmark, ou encore Tony Curtis. Si on ne peut pas lui prêter une fulgurante carrière d’actrice, gageons que ses couvertures pour le magazine Playboy en auront marqué plus d’un (dernière en date à l’âge de 45 ans!).

Née en 1937, sous le nom de Frances Ann Makris, en Californie, cette fille d’immigrés grecs, se fait remarquer en interprétant le morceau « Meglio Stasera – It had better be tonight » (signé Henri Mancini) dans une scène du film « La panthère rose ».

 

En 1964, elle interprète « Sex and the single girl », chanson phare de la bande originale du film éponyme dans lequel elle tient un rôle mineur. Ce morceau figure d’ailleurs sur son deuxième album « This Is Fran Jeffries » (Monument Records – 1966), sorte de compilation de standards et de reprises aux arrangements pas mal ficelés. « Fran Can Really Hang You Up The Most », son tout premier album (1960 – Warwick), est un régal pour les amateurs de jazz vocal classique, sincère, exempt de logorrhées tumultueuses. Cet album pétillant de par son humilité est un coup de cœur. Une simple goutte de rosée timidement accrochée à un brin d’herbe au milieu d’un champ de coquelicots que sont les grands albums de jazz vocal retenus par la critique.

 

– Fran Jeffries interprète « Alfie & Sunny » en live (France – 1970)


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s