« For One To Love » de Cecile McLorin Salvant : meilleur album de jazz vocal aux Grammy Awards 2016

Cécile McLorin Salvant lors de son concert à Jazz à la Villette (Paris) le samedi 5 septembre 2015
Cécile McLorin Salvant lors de son concert à Jazz à la Villette (Paris) le samedi 5 septembre 2015.

Ca ne nous étonne guère… Le dernier album de la divine Cécile McLorin Salvant, « For One To Love », a remporté le Grammy Award  du « meilleur album de jazz vocal » cette année. Pour nous, cet album fait partie des chocs 2015. Et nous l’avons fait savoir dans les pages de Jazz Magazine (chronique du numéro ° 676 – Septembre 2015 – à redécouvrir ci-dessous) :

For One To Love

Faire jeu de franchise artistique. Se dévoiler sans fards. Faire fi des mouvances esthétiques. S’inscrire ailleurs, à part. Avec “For One To Love”, son deuxième album, Cécile McLorin Salvant subjugue et transporte.

C’est qu’elle est entière. Elle n’est plus mi-woman, mi-child comme la qualifiait le titre de son précédent « WomanChild », car cet album est celui d’une artiste complète, au firmament de sa maturité. Si elle s’amuse toujours autant avec les timbres de sa voix à la tessiture étendue – de quoi permettre toutes les audaces -, elle reste au service d’un véritable discours musical. Et cela, que ce soit sur ses propres compositions (Fog, Look at Me, Left Over, Monday, Underling) ou sur des reprises de Blanche Calloway (Growlin’ Dan) et Barbara (Le mal de vivre). Sans oublier les standards comme What’s The Matter Now qui nous font sourire tant son plaisir à les interpréter est évident.

A une époque où le jazz vocal est mis à mal par moult impostures jurant par le scat dépourvu d’émotions, Cécile McLorin Salvant nous fiche une claque inattendue. On sent les influences de Betty Carter, Blossom Dearie ou Sarah Vaughan dont elle s’émancipe aisément selon son humeur. La chanteuse joue sur un minimalisme d’une rare densité – en témoigne ce visage qu’elle a peint et qui illustre l’album : un clin d’œil, une larme, un sourire. • Katia Touré

Cécile McLorin Salvant (voc), Aaron Diehl (p), Paul Sikivie (db), Lawrence Leathers (dm). New York, Avatar Studios.

1 CD Mack Avenue Records/Harmonia Mundi

Pour revivre son concert à Jazz A La Villette le 5 septembre dernier, cliquez ICI.

La liste de tous les lauréats aux Grammy Awards 2016 ICI.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s