Nø Førmat! Le label bien nommé

Nø Førmat! est le label d’un monde où il n’est nul besoin d’élaborer des cases, de coller des étiquettes. C’est aussi un laboratoire, un cabinet de curiosités fécondes, hybrides et bigarrées où, une fois qu’on y met les pieds et qu’on y tend les oreilles, adieu œillères et préjugés. Chaque disque, abolitionniste de frontières, est … Lire la suite Nø Førmat! Le label bien nommé

John Ellis : Evolution, Seeds & Streams

Au cours de l’édition 2015 du festival de jazz de Manchester, le pianiste anglais John Ellis (ce musicien a mille homonymes !), présente en live un projet visuel en collaboration avec le réalisateur Antony Barkworth-Knight. De cette performance naissent les premières compositions de son premier album : le contemplatif EVOLUTION : SEEDS & STREAMS. Huit morceaux minimalistes … Lire la suite John Ellis : Evolution, Seeds & Streams

Jeremy Lirola : « Uptown Desire »

“Uptown Desire” est un disque ambivalent. On y découvre un paysage urbain complexe et sombre qui n’exclut toutefois pas un certain lyrisme. Avec son “quartet idyllique”, le contrebassiste Jeremy Lirola, donne à entendre neuf compositions expérimentales qui, de prime abord, paraissent indomptables, énergiques et passionnées, jusqu’à ce que la mélodie s’invite, épurée et sereine. C’est … Lire la suite Jeremy Lirola : « Uptown Desire »

Raphaël Imbert & Co : « Music Is My Home »

Raphaël Imbert dévoile un surprenant carnet de voyage au cœur du sud des Etats-Unis. Entre liesse alto et solennité ténor, le saxophoniste décrit des atmosphères, collecte des anecdotes et narre l’histoire d’un territoire qui appartient à cet “Atlantique noir” que Paul Gilroy a érigé en symbole de l’hybridité. D’ailleurs, Black Atlantic, composition inédite et référence … Lire la suite Raphaël Imbert & Co : « Music Is My Home »

Nat King Cole : His Musical Autobiography

Nat King Cole qui fait le pitre, en 1957, aux côtés d’animateurs-comiques dans un show télé australien entre deux interprétations de ses tubes, c’est priceless comme qui dirait. C’est que le crooner fait partie de ces figures du jazz dont on croit tout savoir tant leur nom sonne comme une évidence s’inscrivant même au rang … Lire la suite Nat King Cole : His Musical Autobiography

Haïti Vodou : Ritual Music From The First Black Republic

Haïti Vodou : Ritual Music from the First Black Republic Folk Trance Posession (1937 – 1962) 3 CD Frémaux & Associés **** Nouveauté. Nous voilà plongés en Haïti, à une époque où l’esprit d’une Afrique de l’Ouest ancestrale, du Bénin au Sénégal en passant par le Nigeria ou le Ghana, est encore le point d’orgue de … Lire la suite Haïti Vodou : Ritual Music From The First Black Republic

Daniel Freedman : « Imagine That »

Daniel Freedman Imagine That 1 CD Anzic Records/Naïve À chaque nouveau disque du batteur Daniel Freedman, parler de voyage est un euphémisme. Son troisième opus ne déroge pas à la règle. Entre inspirations africaines (béninoises plus précisément), latines et indiennes, le new-yorkais Daniel Freedman ne se refuse rien. Il faut dire que “Bamako By Bus” … Lire la suite Daniel Freedman : « Imagine That »

Sun Ra Arkestra : « Sunrise In Different Dimensions »

Sun Ra Arkestra Sunrise In Different Dimensions 2 LP Hat Hut Records **** Réédition. En 1980, le Sun Ra Arkestra se produit au Festival de jazz de Willisau, en Suisse, pour un concert en deux sets. Le live “Sunrise In Different Dimensions” est le témoignage d’une certaine dualité chez Sun Ra. On l’y retrouve original, … Lire la suite Sun Ra Arkestra : « Sunrise In Different Dimensions »

Erik Truffaz Quartet : Doni Doni

L’inclination d’Erik Truffaz pour les échappées en terres plus ou moins connues n’est pas un mystère. Avec “Doni Doni”, il étanche une nouvelle fois sa soif d’éclectisme en se tournant vers le Mali mais aussi en cultivant blues, hip-hop, ambiances électroniques et funk rock. En bambara, “doni doni” signifie “petit à petit”. Cette locution reflète … Lire la suite Erik Truffaz Quartet : Doni Doni

Adrian Younge : soul sulfureuse sur grand écran (Muziq.fr)

S’il ne jure que par la soul produite de 1968 à 1973 (on ne peut pas faire plus précis !), Adrian Younge est très loin de surfer sur la vague durevival insipide. Le deuxième volume de “Something About April” en témoigne largement. Adrian Younge est un explorateur qui défriche et expérimente à souhait. Il dépoussière la … Lire la suite Adrian Younge : soul sulfureuse sur grand écran (Muziq.fr)